Accueil Histoires enfantines Ballotine, la petite goélette

Ballotine, la petite goélette

Ballotine, image titre

Pour notre nièce Nicole Bada,
en hommage à son prénom océanique

 

Il était une fois une petite goélette qui aimait beaucoup naviguer de par le monde. Ses amis l’appelaient Ballotine. Elle connaissait tous les océans et avaient déjà fait plusieurs fois le tour de la planète !
Parfois, naviguer autant était fatigant. Elle aurait bien aimé pouvoir se reposer dans un port de plaisance avec les autres bateaux.
Mais hélas ! Un terrible malheur lui était arrivé.
Lorsqu’elle était jeune et encore inexpérimentée, elle avait accroché son ancre dans un récif. Incapable de la dégager, alors qu’un vent de tempête se levait et menaçait de la jeter sur les rochers, elle avait été obligée de sectionner son ancre pour se sauver.

Ballotine, ballotée par les flots


Depuis, elle était condamnée à sillonner la mer sans relâche, bateau sans attache…  Se reposer comme les autres bateaux près d’un rivage était exclu car la houle risquait de la faire s’échouer.
La plupart du temps, elle n’y pensait pas mais lors des gros coups de vent, quand tous ses amis étaient à l’abri dans les ports, elle se trouvait seule sur la mer démontée à affronter les éléments. Ballotée par les flots menaçants, risquant d’être engloutie à tout moment, elle regrettait amèrement de ne pas avoir d’ancre comme les autres bateaux.

 

Ballotine ne peut pas rentrer au port


Un jour de tempête, tandis qu’elle surfait habilement sur les flots, elle aperçut au loin un voilier en difficulté. Il n’avait visiblement pas l’habitude de naviguer par vent violent et s’approchait dangereusement des récifs.
Ballotine le rejoignit du plus vite qu’elle put :
– Pas par ici, vous allez vous briser sur les rochers. Venez, je vais vous guider.


Un voilier va s'écraser sur les récifs

Le voilier la suivit sans se faire prier. Peu de temps après, la tempête se calma  et ils se trouvèrent sains et saufs.
Le voilier remercia chaleureusement la goélette :
– Merci Goélette, tu m’as sauvé la vie ! Je m’appelle Sifo et j’ai une dette envers toi.

 

Ballotine guide Sifo

 

A partir de ce jour, Sifo et Ballotine devinrent les meilleurs amis du monde. Ballotine entraina Sifo et lui apprit à naviguer sur tous les océans.
Au bout de quelques semaines, Sifo se sentit fatigué. Ils étaient proches d’une très belle crique où reposaient d’autres bateaux et il proposa à Ballotine de s’y arrêter. Elle essaya de l’en dissuader mais le voilier insista.
Le moment qu’elle avait redouté était arrivé : elle allait devoir avouer son terrible secret à Sifo et peut-être perdre son ami…
– Sifo, je ne peux aller dans cette crique…
– Et pourquoi ça ? tu as peur des autres bateaux ?
– Non, ce n’est pas ça mais je n'ai plus d’ancre et je ne peux pas m’amarrer…
– Oh !
– Mais vas-y si tu veux. Va rejoindre les autres, j’ai l’habitude… Adieu Sifo !
Et pour ne pas montrer sa peine, Ballotine fit demi-tour et se mit à voguer vers le large.
– Eh ! attends ! lança Sifo en la rattrapant. Je ne veux pas qu’on se quitte !
– Moi, non plus… admit Ballotine.

 

Sifo remercie Ballotine

 

– J’ai une idée ! On va aller dans la crique, je vais jeter mon ancre et toi, tu vas t’attacher à moi avec un cordage. Comme ça, tu ne pourras pas chavirer car tu seras reliée à mon ancre !
Ballotine fut très émue… Elle allait enfin pouvoir se reposer comme tout le monde.
Sifo et Ballotine ne se quittèrent plus jamais. Ballotine guidait Sifo dans les tempêtes et elle s’accrochait à lui lorsqu’il était à l’ancre dans les ports et les criques. Ils naviguèrent beaucoup et furent très heureux ensemble.

 

Sifo remorque Ballotine dans une crique